Fruits de Kanchanaburi

Sapotille - la mout - ละมุด

La sapotille en thaïlandais ละมุด (la mout) est le fruit du sapotillier appelé aussi sapotier [1].
Le sapotillier (manilkara zapota ou chras sapota) est un arbre fruitier originaire des Caraïbes et de l’Amérique centrale qui s’est ensuite répandu en Afrique et en Asie.

JPEG - 16.3 ko
Lamout - sapotille - sapote

Le sapotillier est un arbre de taille moyenne qui peut atteindre 35 m de haut et dont le tronc ne dépasse pas 80 cm de diamètre.

Ses feuilles persistantes disposées en spirale sont légèrement dentées, elliptiques et mesurent 20 cm environ.
On cultive le sapotier pour son fruit, la sapote ou sapotille, également appelé chiku ou chikoo dans des pays latins, -La mout en Thaïlande. Il mesure de 5 à 8 cm de diamètre. Il est rond ou ovale selon les variétés. Il contient de 3 à 12 graines marrons et dures avec un côté blanc entrouvert qui se termine par un petit crochet. C’est un fruit parfumé et sucré.

L’arbre fournit un bois de très grande qualité utilisé en ébénisterie.

Sa résine, le chicle [2] est une sorte de latex blanc utilisé dans le passé dans la fabrication de chewing-gums [3].

Les Mayas fabriquaient, à partir du latex du sapotier, des balles pour jouer.

JPEG - 18.7 ko
Balle en résine de sapotillier chez les Mayas
Le jeu de balle, pok-ta-pok en maya, tlachtli ou ullamaliztli en náhuatl, ou encore taladzi en zapotèque est un sport rituel pratiqué pendant plus de 3000 ans par les peuples de la Mésoamérique précolombienne.



Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Ebenales
Famille Sapotaceae
Genre Manilkara
Nom binominal Manilkara zapota / (L.) P. Royen, 1953

Classification phylogénétique
Ordre Ericales
Famille Sapotaceae
Sapotes

Notes

[1Au risque de la confondre le confondre avec un homonyme, le sapotier (pouteria sapota), le sapotier jaune, (canistel) et avec le sapotier noir (diospyros digyna).

[2D’où l’appellation chiclette en Suisse et en Belgique à Liège principalement

[3Le chewing-gum apparait en Amérique vers 1869, Antonio López de Santa Anna, un général mexicain, est chassé par la révolution. Il arrive à New York avec 250 kg de sève séchée de sapotier pour en faire un substitut au caoutchouc. Mais le chicle se révèle impropre à cet usage. Le représentant du général, Thomas Adams conserve le stock et le revend en pharmacie à un coût inférieur à la paraffine. Adams s’est allié avec le célèbre fabriquant de chewing-gum William Wrigley Junior et est considéré comme l’inventeur du chewing-gomme. Des études ont montré que le chewing-gum peut améliorer l’humeur de celui qui en mâche. Il permet aussi de combattre la mauvaise haleine.