Le sanctuaire de faune de Thung Yai - เขตรักษาพันธุ์สัตว์ป่าทุ่งใหญ่นเรศวร

Réserve animalière de Thung Yai Naresuan

Le sanctuaire pour la faune de Thung Yai - เขตรักษาพันธุ์สัตว์ป่าทุ่งใหญ่นเรศวร est une région protégée située au nord de Kanchanaburi à environ 200 km de la ville de Kanchanaburi et au sud de la province de Tak
Elle a été créée le 24 avril 1974 et déclarée patrimoine mondial par l’UNESCO en 1991 en même temps que le sanctuaire de faune de Huai Kha Khaeng voisin.

Ce parc est un des derniers secteurs de forêt climacique [1] intacte de toute la Thaïlande.
La zone recouvre partiellement plusieurs parcs nationaux de la province
 [2].
ou leur est contigüe.

JPEG - 32.3 ko
Le complexe forestier de l’ouest de la Thaïlande

Thung Yai s’étend sur une superficie de 364.000 ha. Avec Huai Kha Khaeng (257.464 ha), ils forment la région protégée la plus grande de l’Asie du Sud-Est continentale, couvrant au total environ 622.000 ha.

L’altitude varie entre 250 m et 1.811 m au sommet du Khao Thai Par au sud-ouest du sanctuaire. Il y a plusieurs sommets dépassant les 1.500 m et beaucoup dépassent plus de 1.100 m dans l’ensemble du sanctuaire.

Dans cette réserve on trouve des zones humides et des marécages, des savanes, des forêts tropicales fluviales et des prairies.

JPEG - 30.5 ko
Cascade Thi Lo Su - Namtok Thi Lo Su
Thi Lo Su est situé dans le Sanctuaire de la faune Umphang, qui est connexe aux réserves Naresuan Thung Yai et Huai Kha Kaeng, ainsi qu’aux parcs nationaux Khlong Lan et Mae Wong . Ensemble, ils forment la plus grande zone protégée pour la faune de la Thaïlande et d’Asie du Sud-est.

Les principaux types de végétation, et leur couverture sont estimés comme suit :
- collines couvertes de forêts de conifères, 54.900 ha ;
- forêts sèches sempervirente, 112.900 ha ;
- forêts mixtes de feuillus, 164.100 ha
- forêts de diptérocarpacées sèches, 3.600 ha
- forêts de savane, 9.900 ha ;
- prairies, 3.900 ha ;
- domaines agricoles sur brûlis, 15.400 ha.
Les points les plus élevé sont généralement recouverts de forêts à feuilles persistantes [3]. Les flancs d’altitude supérieure à 600 m sont généralement occupés par la forêt sèche à feuilles persistantes [4]. Cette dernière formation est grand, dense, stratifié et toujours dominé par les diptérocarpacées [5], sont utilisés pour leurs propriétés médicinales et entrent dans la composition de crèmes, de parfums et de savons. Ils sont aussi utilisés comme laque pour le bois, pour le calfeutrage des bateaux et la menuiserie.
En Thaïlande, surexploités, les dipterocarpus sont replantés dans le cadre de plans de reboisement des friches ; cet arbre améliore le sol.]], et peut apparaître à feuilles persistantes dans les zones humides telles que les hautes terres centrales du sanctuaire. Dans certaines régions, des vallées particulièrement large, on rencontre souvent une mosaïque de types de végétation.

À plus basse altitude des forêts mixtes de feuillus et de bambou prédominent, avec la forêt sèche à feuilles caduques diptérocarpacées. La savane et les prairies, formations très proches, se rencontrent à toute altitude. Quelque 17 arbres occupent les bosquets de savane, dont le macrocarpa , le Stereospermum nueranthum, le Terminalia chebula et le Dalbergia cultrata sont parmi les plus fréquents. Les arbres dans la prairie sont plus petits, de façon générale. Ce sont les mêmes genres ne dépassant pas 5 m, du à un retard de croissance, provoqué soit par le feu ou par d’autres contraintes édaphiques [6].

JPEG - 22.7 ko
Terminalia chebula

Dans les zones particulièrement humides le long des rivières et des ruisseaux, les forêts-galeries à feuillage persistantes sont nombreuses. C’est une formation plus luxuriante que les autres avec des arbres de plus de 40m, des lianes et des plantes grimpantes. Les zones humides les plus importantes sont celles le long de la partie supérieure de la Khwae Yai et ses affluents, le Mae Klong et le Mae Chan, rivières à la fois profondes et rapides aux bords escarpés et boueux et parsemés de ravins rocheux.

JPEG - 61.1 ko
Culture sur brulis

Environ 3.800 personnes vivent dans le sanctuaire. On compte quatre villages Hmong, dans le nord-est et l’est bien que 900 aient quitté le sanctuaire en 1988 [7].

Certains Karen sont établis dans la région depuis plus de 50 ans [8], alors que les Hmong sont sont arrivé plus au nord à la fin des années 70. Les deux groupes cultivent autour de leurs villages. L’impact de leurs activités sur la forêt n’a pas été évalué. Depuis 1987, deux à trois villages Hmong ont été déplacés chaque année dans le district de Phop Phra dans la province de Tak, à environ 80 km au nord du sanctuaire de Thung Yai-Huai - Kha Khaeng .
En 1991, tous les villages ont été fermés. Seize villages Karen avec 1.826 habitants y résident encore, mais il est prévu de les réinstaller. De même, il est prévu que les villages thaïlandais établi dans une zone tampon proposée autour du complexe de Thung Yai-Huai Kha Khaeng sanctuaire soient également réinstallés._

JPEG - 13.1 ko
Brûlis

L’agriculture sur brûlis se pratique encore dans la vallée de Mae Chan dans les hautes terres centrales vers l’est, dans les zones de sols les plus fertiles. Des parcelles parmi les plus riches de la forêt ont été détruites mais il y a de bonnes chances de régénération. Les espèces caractéristiques de ces zones habitées sont celles qui poussent dans la forêt environnante, y compris macrocarpa, Vitex peduncularis, Bauhinia acuminata et Albizia odoratissima.

Thung Yai Naresuan offre ainsi des conditions idéales pour la circulation sans entrave des animaux rares, comme le tapir (Tapirus indicus), l’éléphant sauvage (Elephas maximus), le léopard (Panthera pardus), le tigre (Panthera tigris), la panthère nébuleuse (Neofelis nebulosa), le rhinocéros de Sumatra, (Didermocerus sumatraensis), ou le gaur (Bos gaurus), l’une des espèce les plus gravement menacés. Une horde de 50 gaurs [9]. Le rhinocéros de Java, (Rhinoceros sondaicus) aurait été aperçu et ses empreintes photographiées en 1988.

Dans la faune de Thung Yai Naresuan on a recensé environ 120 mammifères, 400 oiseaux, 96 reptiles, 43 amphibiens, et 113 poissons d’eau douce. Il y a probablement plus d’espèces encore, mais non recensées. Le sanctuaire est assez grand pour y abriter quelques grands mammifères, rares ou absents du reste de la Thaïlande

JPEG - 44.4 ko
Rhinocéros de Sumatra - Didermocerus sumatraensis


La partie orientale de la réserve naturelle de Thung Yai Naresuan est parcourue par de nombreux sentiers de randonnée balisés.


JPEG - 39.3 ko
Carte du secteur Thung Yai Naresuan
En jaune les pistes ouvertes pendant la saison sèche

P.-S.

JPEG - 58.4 ko
Feu rituel à Lek Thongku


Lire le récit passionnant d’un des rares journalistes ayant visité cette région, Daniel Gerbault,
1re partie :
2e partie
Dans ce reportage le journaliste vous fera découvrir l’Isi du village Létongku (ลตองคุ), le seul en Thaïlande où se pratique une curieuse religion sous l’autorité de I’Isi, gourou et dieu vivant.

Détendeur du certificat d’études Thaïlandais, Daniel Gerbault est un guide en Thaïlande bilingue qui vous fera découvrir des endroits inexplorés de la Thaïlande depuis 1987. Visitez son site : http://www.apsaraventure.com/

Notes

[1En écologie, on parle de végétation climacique lorsque l’on a atteint l’état final d’une succession écologique ; l’état le plus stable dans les conditions abiotiques.
Un facteur écologique non dépendant des êtres vivants est dit abiotique. On parle alors de facteurs climatiques (température, éclairement, hygrométrie, pluviométrie, vent, gel, etc. et de facteurs non climatiques, composition chimique d’une eau, teneur en CO2 dans l’atmosphère, vitesse d’un courant, structure et texture d’un sol, etc.).
Lorsque l’état est atteint, l’énergie et les ressources ne servent théoriquement qu’à maintenir cet état.

[3Forêt tropicales de montagne à faible pluviosité.

[4Forêt sempervirente saisonnière

[5Les Diptérocarpacées sont une famille de plantes dicotylédones.
Ce sont des grands arbres à feuilles persistantes. On les rencontre principalement dans les forêts pluviales des basses terres.
Le genre Dipterocarpus, présent dans la forêt de Thung Yai Naresuan, regroupe environ 70 espèces. Ces arbres sont recherchés pour leur bois et leur résine. Des baumes comme le gurjum, les huiles de kanyin [[obtenues par gemmage : scarification comme l’essence de térébenthine

[6Édaphique, ce qui est relatif au rapport entre le sol et le vivant.

[7En février 1985, le Royal Forest Department et la Third Regional Army ont élaboré un plan pour évacuer les Hmong de neuf villages dans la section nord-est de Thung Yai Naresuan.
Les Hmong de Huai Kha Khaeng Wildlife Sanctuary ne figurait pas dans les premiers communiqués de presse au sujet de la suppression proposée.) Afin d’accélérer les plans d’évacuation, la Third Regional Army a commencé à construire un route temporaire de Umphang vers le sud jusqu’à la limite nord de Thung Yai Naresuan - une région autrefois accessible seulement à pied. Environ un an plus tard, vers la fin de mars 1986, le chef du sanctuaire a ordonné aux habitants des villages hmong de Huai Kha Khaeng d’évacuer le secteur le 15 avril 1986, sous peine d’arrestation.

[8Fin des années 30.

[9Le plus grand troupeau enregistré en Thaïlande.