Rumeurs à Kanchanaburi

Projet d’amistie : Thaksin le retour ?

Une rumeur circule à Kanchanaburi sur l’imminence du retour de Thaksin Shinawatra, frère du Premier ministre thaïlandais, Yingluck Shinawatra [1] portée au pouvoir par un vote largement majoritaire des électeurs thaïlandais [2].

JPEG - 13.7 ko
Thaksin et Yingluck Shinawatra

Ces rumeurs s’appuient sur sur un projet de loi d’amnistie qui permettrait d’inclure le Premier ministre élu chassé par un coup d’État de l’armée en septembre 2006, Thaksin Shinawatra.
La presse et les médias locaux, majoritairement favorables au généraux putschistes et à leur homme lige Abhisit Vejjajiva a mis l’accent sur cette possibilité en annonçant l’adoption par le gouvernent Yingluck Shinawatra d’un projet de décret d’amnistie.
Ce projet doit être soumis au roi Bhumibol Adulyadej et signé avant son 84e anniversaire le 5 décembre 2011.

Yingluck en campagne à KanchanaburiCette amnistie concerne principalement les prisonniers à caractère politique condamnés suite à la répression conduite par le gouvernement du Premier ministre Abhisit entre 2008 et 2011 et avant lui du gouvernement direct des généraux entre 2006 et 2007. Des centaines de personnes sont incarcérées suite au évènement du printemps 2010. Un débat est en cours au sein même de la majorité sur l’inclusion dans cette amnistie des actes commis par l’armée et la police sous le gouvernement d’Abhisit. La répression des manifestations du Printemps 2009 ayant provoqué la mort de 90 personnes dont des journalistes [3] et un ancien général [4], général de l’armée favorable au manifestants des Chemises rouge a été abattu d’une balle dans la tête par un tireur d’élite au cour d’une interview d’un journaliste de New York Times. L’offensive militaire qui a suivi a duré jusqu’au 18 mai et a provoqué la mort de 41 civils dont un journaliste et plus de 250 blessés.
]] abattus par des coups de feu venant des lignes occupées par l’armée.

Notes

[1Yingluck Shinawatra (ยิ่งลักษณ์ ชินวัตร), la candidate des Rouges au poste de Premier ministre aux élections de 2011 a remporté ces dernières avec une majorité absolue et a succédé à Abhisit Vejjajiva, le Premier ministre en place, allié des putschistes et sans légitimé réelle. Yingluck est la première femme chef de gouvernement en Thaïlande.

[2Les élections législatives en Thaïlande ont eu lieu le 3 juillet 2011. La Chambre des représentants avait été dissoute le 10 mai 20111 par décret royal.
47 millions d’électeurs ont été convoqués aux urnes. En Thaïlande le vote est obligatoire.
Le Parti démocrate, candidat de l’armée et de l’élite, conduit officiellement par Abhisit Vejjajiva, Premier ministre non élu sortant) avait pour adversaire principal le Pheu Thai, Parti pour les Thaïlandais, avec à sa tête Yingluck Shinawatra, sœur de Thaksin Shinawatra, renversé par un coup d’État des militaires en 2006 et en exil depuis. Le Pheu Thai a obtenu 265 sièges sur les 500 de la Chambre des représentants.

[3 Fabio Polengi abattu par l'armée en mai 2010
Le photographe de presse italien Fabio Polenghi, agé de 45 ans, a été tué lors de l’assaut lancé par l’armée thaïlandaise dans la nuit du 18 au 19 mai 2011.
Le journaliste caméraman japonais Hiroyuki Muramoto de l’agence Reuters avait été tué le 10 avril 2011.

[4Le 13 mai 2010 en début de soirée, Khattiya Sawasdiphol, surnommé Seh Daeng [[Seh Daeng, commandant rouge en thaïlandais.