Tourisme

Plus de passages frontaliers Birmanie-Thaïlande

Des points de passage frontaliers entre la Birmanie et la Thaïlande sont sur le point d’ouvrir, dans un avenir proche, afin de faciliter les affaires et le tourisme

Ce projet fait suite à la visite de hauts gradés de l’armée birmane en Thaïlande.
Plus de passages frontaliers Birmanie-Thaïlande

Le Ministre de la Défense Yutthasak a déclaré ce lundi 16 janvier 2012, à Bangkok : « Pour renforcer les liens entre nos deux pays, nous envisageons d’ouvrir des points de contrôle frontaliers supplémentaires
 [1]
, en particulier dans la province de Kanchanaburi à la frontière du Dawei au Myanmar. Les deux voisins coopèrent dans le développement du port en eau profonde de Dawei au bord de l’océan Indien.
 [2].
 »

Le ministre de la Défense thaïlandais, Sasiprapa Yutthasak et général en chef birman Min Aung Hlaing, un proche de l’ancien chef de la junte militaire Than Shwe, ont abordé divers autres sujets comme la coopération dans les secteurs militaires, économiques et sportifs.

La Thaïlande prévoit également fe réparer les digues endommagées le long de la rivière Moei dans la province Myawaddy en Birmanie, en face de Mae Sot, en Thaïlande, la Birmanie. Un différend sur l’érosion et d’autres facteurs avait conduit à la fermeture du point de passage frontalier, désormais rouvert.

Yutthasak, qui est président du Comité National Olympique de Thaïlande, la Birmanie a déclaré que la Birmanie lui avait demandé des conseils pour accueillir les 27e Jeux d’Asie du Sud (SEA Games) en 2013.

Notes

[1Aujourd’hui les points de passages sont restreints entre la Thailande et la Birmanie

JPEG - 21.6 ko
Victoria Point entre Ranong en Thaïlande et Kawthoung en Birmanie


- Mae Sot - Tachileck (État shan) : Il est possible de passer par la route et de rejoindre Tachileck. pas de liaison routière vers Yangon (Rangoon) ou Mandalay autorisée. Seul la voie aérienne est possible.
- Col des Trois Pagodes : impossible de rejoindre Yangon à partir de ce point.
- Victoria Point ; Yangon peut être joint par avion uniquement. Mergui ou Dawei par bateau. De la même chose pour rejoindre Yangon.

[2

GIF - 16.8 ko
Cooridor Sud dans le projet de la zone de Dawei

Depuis un certain temps que la Thaïlande exprime son besoin de disposer d’un port en eau profonde sur la mer d’Andaman. Le village de pêcheurs de Pak Bara, dans la province de Satun , en face Phuket a longtemps été envisagée. Mais les habitants s’y sont opposés pour préserver des plages parmi les plus belles du Siam. Auhourd’hui, Pak Bara a été abandonné au profit de Dawei.
Son développement a été confié au groupe Italian-Thai Development, premier groupe de TP en Thaïlande. D’un montant estimé à 13 milliards USD [9,3 milliards EUR], le projet incorpore la construction d’une voie de chemin de fer de 160 kilomètres, reliant le port à la ville de Kanchanaburi, ainsi qu’une zone industrielle pour des aciéries, des usines pétrochimiques et autres industries lourdes.
La construction d’une centrale électrique à charbon par une entreprise thaïlandaise, a été annulée ce 10 janvier par la Birmanie, suite au protestations des habitants.
La zone économique spéciale de Dawei aura une superficie de 250 km2.

JPEG - 18.5 ko
Chantier de la route Kanchanaburi - Tavoy


La Thaïlande profitent du fait que le régime birman n’a de comptes à rendre à personne pour délocaliser des industries lourdes, dangereuses pour l’environnement en économisant sur point. La Birmanie s’expose à devenir une poubelle pour les industries dangereuses dont sa voisine ne veulent plus chez elle.

Les Karen du s’opposaient à ce projet pour des raisons écologiques (voir cet exemple de nuisance culturelle - en anglais).
En octobre 2011, la KNU interdisait la construction de la route de Kanchanaburi-Tavoy. L’armée birmane a réagi en renforçant ses effectifs militaires en envoyant six bataillons supplémentaire dans la région portant à un total de huit bataillons les troupes déployés entre Kwe Wa Waw (Ain Wai) en Birmanie et Mae Tha Mee Hkee à la frontière thaïlandaise afin de permettre la poursuite du chantier routier. Naw Séphora Sein, secrétaire général, avait alors déclaré que « le KNU a exhortait la société thaïlandaise ITD à trouver une solution pacifique à la question ».

Après une réunion, le 28 décembre 2011 avec les représentants de la Italian-Thai Development Company, l’Union Nationale Karen (KNU) envisage, sous certaines conditions, d’autoriser la construction de la route reliant la Zone économique spéciale de Dawei (anciennement appelé Tavoy) à la Thaïlande.
Ce jeudi 12 janvier 2012, des accords ont été conclus entre les représentants de Yangoun et les membres de la délégation de l’Union nationale karen (KNU) dont l’un sur l’arrêt des hostilités entre le KNLA et les forces gouvernementales, l’autre sur l’ouverture de discussions en vue d’un règlement politique de ce conflit et une autonomie progressive de la région.
La création de la Zone industrielle spéciale de Dawei n’est pas étrangère à ce recul du pouvoir birman.