Braconnage

Mort d’un éléphant sauvage

Ce dimanche 3 juin 2012, un éléphant sauvage de 50 ans est mort de ses blessures après avoir subi les tirs de braconniers dans une forêt près du Salak Phra Wildlife Sanctuary dans le district de Bo Phloi, province de Kanchanaburi.

Les soins portés par une équipe de vétérinaires n’ont pas permis de garder en vie l’éléphant. Il a finalement succombé à un choc septique [1] le 7 juin 2012.

Le vice-doyen de la faculté vétérinaire de l’Université Mahidol de Kanchanaburi, Manot Yindee, a déclaré qu’une autopsie serait pratiqué afin d’examiner la cheville droite de l’éléphante sérieusement atteinte par les balles des criminels.

Il a dit la douleur des blessures de l’animal fait perdre l’appétit, une aggravation de son état. Une balle récupérée à partir l’une des multiples plaies sur la jambe de l’animal, a été remise à la police.

Selon le Dr Manot, l’éléphant, sera enterré et les moines seront invités à accomplir les rites funéraires pour lui.

Les fonctionnaires forestiers de la réserve faunique ont déposé une plainte et demandé à la police du district de Bo Phloi de rechercher et de retrouver les braconniers qui ont tué l’éléphant.

Les éléphants sauvages avaient envahi les vergers de fruits et de terres agricoles au bord des parcs nationaux, leur approvisionnement en nourriture dans les forêts ayant été épuisé. Une des cause du conflit homme-animal.

Il est urgent que les autorités prennent les mesures adéquates entres autres : érection des clôtures électriques, réalisation de vastes réseaux de fossés pour les empêcher d’envahir les terres agricoles.

Aujourd’hui, les agriculteurs dont les terres agricoles et les vergers sont endommagés par les éléphants sont indemnisés par le fonds alimentaire des éléphants mis en place par le ministère.

Notes

[1Le choc septique est une défaillance aigüe du système de circulation sanguine. Il provoque des trouble hémodynamiques, métaboliques et viscéraux, suite à une infection.
C’est une cause de collapsus cardio-vasculaire.