Kliti, suite

Les Karen dédommagés

, par Rédaction

La cour administrative suprême thaïlandaise a condamné l’administration à dédommager les 22 Karen affectés par la pollution au plomb.
C’est un verdict qui fera date dans l’histoire de la justice thaïlandaise. Il est en effet exceptionnel que la bureaucratie soit condamnée pour sa négligence.

JPEG - 20.6 ko
Communication directe à la Cours suprême - Juin 2012
Des militants de Greenpeace ayant revêtu un costume d’« hommes plombés » tiennent une banderole signifiant « Ministère de la Lutte (inefficace) à la pollution ». Un militant tient entre ses mains un contenant de sédiments contaminés devant le palais de justice de Bangkok. La collectivité locale du Bas-Kliti joint sa voix à celle du Réseau de la société civile pour exiger du ministère de la Lutte à la pollution qu’il assume l’entière responsabilité pour la contamination au plomb de la rivière Kliti. 26 juin 2012
© Dario Pignatelli / Greenpeace

Après neuf ans de bataille judiciaire, le Département de contrôle de la pollution, division du ministère des Sciences, de la technologie et de l’environnement, a été condamné à payer 4 millions de THB à 22 Karen d’un village touchés par une pollution accidentelle [1].
En 1998, une usine de transformation de plomb avait évacué des déchets liquides toxiques dans la crique de Kliti [2], dans la province de Kanchanaburi à proximité du sanctuaire de Thung Yai Naresuan [3].
Des paysans karen, en particulier dans le village de Kliti Lang y, sont morts des suites de la contamination par plomb, tandis que plusieurs douzaines de personnes, surtout des femmes et des enfants, souffrent actuellement d’intoxication aiguë pour avoir bu, avoir pêché et s’être lavées dans la rivière Klity qui coule près du village.
L’usine a dû fermer ses portes la même année. La contamination au plomb par l’exploitation minière à Kliti Lang Village dans la province de Kanchanaburi n’est pas un fait isolé. Parmi eux, on peut évoquer la pollution par les déchets industriels des usines de pâtes et papiers dans la province de Kanchanaburi et la grave pollution de la rivière Nam Pong dans la province de Khon Kaen.

Selon le Bangkok Post, le Département de contrôle de la pollution avait toutefois attendu neuf mois après la découverte de la pollution pour demander au département forestier l’autorisation de nettoyer la crique. De plus, il a fallu cinq années supplémentaires pour que le département construise une digue qui bloque les eaux polluées. La cour administrative a estimé que l’incident témoignait de l’inexistence d’un plan d’urgence dans ce type de situation, avec pour conséquence un impact sévère sur l’environnement et les villageois. Dans son verdict, elle a aussi demandé au Département de contrôle de la pollution de prendre des dispositions rapides pour nettoyer la crique et ramener le taux de plomb à un niveau acceptable. Selon le Bangkok Post, juste après le jugement, le directeur du département a néanmoins affirmé qu’une méthode de « dilution naturelle » du plomb continuerait à être utilisée.

Notes

[2

JPEG - 41.1 ko
Zone minière dans le district de Thong Pha Phum

Ban Kli Ti, Tambon Cha Lae, Thong Pha Phum District, Kanchanaburi Province.

[3Le Thung Yai Naresuan Wildlife Sanctuary, dont le système écologique unique a valu une inscription comme site du Patrimoine mondial, est littéralement assiégé par les mines de plomb. Six au moins sont situés addossés aux frontières de la réserve. Au nord, dans la province de Kanchanaburi les mines de Phu Jue, Mong Phu Kao et Lee. Sur le côté sud on trouve Klity, Bo Ngam, KEMCO (Song Thor) et un certain nombre d’autres mines de plomb de petite et grande taille ainsi que des usines d’extraction du plomb.