Lire et écrire le thaïlandais

L’alphabet thaï - akson thai

L’alphabet thaï, อักษรไทย (ak saawn thai) est un alphabet abugida [1] utilisé pour écrire la langue thaï.
Le thaï s’écrit de gauche à droite et de haut en bas.

JPEG - 21.7 ko
Stèle de Po-khun Ramkhamhaeng le Grand

L’alphabet thaï est très voisin des alphabets lao (Laos) et khmer (Cambodge) sans leur être vraiment identique : la graphie des lettres est différente ainsi que leur prononciation.
L’alphabet thaï est issu de l’écriture ancienne khmère [2] et appelée écriture Vatteluttu , parfois écriture Pallava
Le roi de Sukhothaï, Po-khun Ramkhamhaeng le Grand [3] (พ่อขุนรามคำแหงมหาราช) aurait établi les règles en 1283. Toutes ses suggestions n’ont pas été retenues comme la post-position des voyelles.
Alphabet thaï ancien (1293)

Chiffres thaï

- ๑ [nɯŋ] : un
- ๒ [sɔːŋ] : deux
- ๓ [saːm] : trois
- ๔ [siː] : quatre
- ๕ [haː] : cinq
- ๖ [hok] : six
- ๗ [ʨet] : sept
- ๘ [pεːt] : huit
- ๙ [kaːw] : neuf
- ๐ [suːn] : zéro

Les consonnes

Les consonnes s’écrivent avec 42 lettres différentes (auxquelles il faut ajouter deux lettres aujourd’hui abandonnées [4].) qui représentent 21 sons-consonnes.

Les consonnes sont réparties en trois classes :

- basses (B) ;
- moyennes (M) ;
- hautes (H).

Les classes déterminent le ton de leur voyelle associée.
Les consonnes répliquées (même son, même classe) ont des origines origines sanscrit et pâli et sont prononcées de la même façon en thaï, elles permettent de différencier des mots homophones. Quatre lettres sont à la fois des consonnes et des voyelles combinées viennent s’ajouter aux précédentes.
Les sons consonnaux en finale de mot sont limités à « k », « m », « n », « ng », « p » et « t ».
Quand une syllabe écrite se termine par plusieurs consonnes, seule la première est prononcée (sr, pr, kl, kr et tr).

LettreNomÉquivalenceClasse
ko kai (poulet)k (g)M
kho khai (œuf)-, -kH
kho khuat (bouteille) [obsolète]-, -kH
kho khwaai (buffle d’eau)-, -kB
kho khon (personne) [obsolète]-, -kB
kho rakhang (cloche)-, -kB
ngo nguu (serpent)ŋB
jo jaan (assiette)ʨ-, -tM
cho ching (cymbale)ʨʰ-, -H
cho chaang (éléphant)ʨʰ-, -tB
so soo (chaîne)s-, -tB
cho choe (arbuste)ʨʰ-, -B
yo ying (femme)j-, -nB
do chadaa (diadème)d-, -tM
to patak (lance)tM
tho sunthaan (socle)-, -tH
tho naangmonthoo ([nom d’une princesse])- (d), -tB
tho phuuthao (vieillard)-, -tB
no neen (moine novice)nB
do dek (enfant)d-, -tM
to tao (tortue)tM
tho thung (sac)-, -tH
tho thahaan (soldat)-, -tB
tho thong (drapeau)-, -tB
no nuu (souris)nB
bo baimaai (feuille)b-, -pM
po plaa (poisson)pM
pho phueng (abeille)-, -H
fo faa (couvercle)f-, -H
pho phaan (coupe)-, -pB
fo fan (dent)f-, -pB
pho samphao (voilier)-, -pB
mo maa (cheval)mB
yo yak (ogre)jB
ro ruea (pirogue)r-, -nB
lo ling (singe)l-, -nB
wo waen (bague)wB
so saalaa (pavillon)s-, -tH
so reusii (ermite)s-, -tH
so seua (tigre)s-, -tH
ho hiip (coffre)hH
lo chulaa (cerf-volant)l-, -nB
o aang (bassine)ʔM
ho nokhuuk (hibou)hB

Les voyelles

Les sons voyelles [5] de la langue thaï sont très nombreux.

Certaines voyelles s’écrivent avant la consonne dans la syllabe, d’autre après, dessus ou dessous. Les signes peuvent encadrer la consonne active. Le signe (a) sert aussi, avec d’autres voyelles, à raccourcir leur longueur. Seul l’alphabet phonétique international permet de transcrire correctement la prononciation du thaï.

Ce système d’écriture est encore rendu plus complexe par l’utilisation de voyelles masquées, absentes de la syllabe.

Lettres Nom API Équivalence Variantes Sons
กะ sara a a u a de « patte »
กั mai han-akaat a a u a de « patte »
กา sara aa aa a â long dans « pâte »
กิ sara i i i i i dans « vite »
กี sara ii ii ee î long dans « dîne »
กึ sara eu ɯ eu ue uh entre le u de « dur » et le i de « dire »
กือ sara euu ɯ : eu ue entre le u de « dur » et le i de « dire »
กุ sara u u u oo ou ou dans « fou »
กู sara uu uu u oo ou ou long dans « douce »
เกะ sara eh eh e é court « nez »
เก sara e e ay a ae ai é long dans « fée »
แกะ sara aeh εʔ aeh a è dans « lèpre »
แก sara ae εː ae a e ê long dans « fête »
เกอะ
əʔ erh e e dans « je »
เกอ
əː er e e long dans « je »
โกะ sara oh oh o o dans « dose »
โก sara o o oh or ô long dans « rôti »
เกาะ sara orh ɔʔ orh oh o or o dans « note »
กอ* or aang ɔː or o aw ow o long dans « dehors »
เกียะ sara iah iaʔ iah
y a dans « il y a »
เกีย sara e…sara ii yor yak ia ia
y a dans « il y a »
เกือะ
ɯaʔ euah
eu suivi de a
เกือ
ɯa eua
eu suivi de a
กัวะ sara uah uaʔ uah ouah oua dans « ouate »
กัว mai han-akaat wor waen ua ua oua oua dans « ouate »
กวก* wor waen ua ua uar oua « ouate »
กำ sara am am am um am dans « dame »
ไก sara ai maimalai ɑj ai ay y ail dans « vantail »
ใก sara ai maimuan ɑj ai ay y ail dans « vantail »
เกา sara e...sara aa aw ao aw ow au dans l’allemand « raus »
ror reu reu
reu entre « rue » et « riz »
ฤา ror reuu rɯː reu
reu long entre « rue » et « riz »
lor leu leu
leu entre « lu » et « lit »
ฦา lor leuu lɯː leu
leu long entre « lu » et « lit »
กร
ɔn on
onne dans « bonne »
กรร* ror han an an un anne dans « Anne »
กรรก* ror han a a u

a dans « patte »


(*) voyelles ou diphtongues écrite avec une consonne.

Diacritiques

Chaque symbole est présenté en situation par rapport à la consonne « ก » ko kaï.
Ces petits signes servent à corriger les indications de tons données par les classes de consonnes pour les quatre premiers.

SymboleNomValeur
ก่mai ekaccent de ton
ก้mai thoaccent de ton
ก๊mai triaccent de ton
ก๋mai jattawaaccent de ton
ก็mai taikhuvoyelle courte
ก์mai thanthakhatlettre non prononcée
JPEG - 24.3 ko
Détermination des tons
Wikipedia®
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Détermination_des_tons_en_thaï.gif

La détermination du ton d’une syllabe est complexe. Les syllabes sont divisées en :
- syllabes fermées (terminées -[p], -[t], -[k] et -[ʔ])
- syllabes ouvertes (terminées par une voyelles, -[w], -[y], -[n], -[m] ou -[ŋ]).
Une voyelle courte ne peut pas figurer en fin de syllabe : elle est toujours suivie de l’arrêt glottal, [ʔ].
Seules les syllabes ouvertes peuvent porter un signe diacritique indicateur du ton. Dans ce cas, le ton dépend à la fois de la classe de la consonne initiale et du signe diacritique :

 pas de signeก่ก้ก๊ก๋
Hascendantbasdescendant
Mmoyenbasdescendanthautascendant
Bmoyendescendanthaut

Le ton des syllabes fermées dépend de la classe de la consonne initiale et de la longueur de la voyelle :

 voyelle courtevoyelle longue
Hbasbas
Mbasbas
Bhautdescendant

Notes

[1L’abudiga ou alphasillabaire est un ensemble de signes utilisés pour écrire les phonèmes d’une langue. Il se situe entre un syllabaire et un alphabet. Ces signes représentant des syllabes dotées d’une voyelle cachée (voyelle par défaut) et des signes, souvent annexes, modifiant, remplaçant ou supprimant cette voyelle cachée

[2อักขระ เขมร, khamen akkhara, elle même issue d’une écriture brahmanique du Sud de l’Inde - l’écriture Grantha

[3Po-khun Ramkhamhaeng, Rama le Fort régna sur le Royaume siamois de Sukhotha de 1239 à 1317. Il succéda en 1279 à son frère Po-khun Ban Muang . Il agrandi son royaume vers le sud (Nakhon Si Thammarat) et vers le Nord (Phrae et Luang Prabang -aujourd’hui au Laos).
Il aurait contribué à la création de l’alphabet thaï initial vers 1283.

[4Ces deux des consonnes (kho kho Khuat et Khon) ne sont pas utilisés en thaï écrite. Une légende prétend que lors de la fabrication de la première machine à écrire thaïlandaise par Edwin Hunter McFarland en 1892, il n’y avait plus de place pour tous les caractères, deux ont dû être abandonnés.

[5En incluant des diphtongues