Sur Paper blog

Kanchanaburi 2010 - Partie 1 par Rely

Par le Webmestre du site « La Thaïlande et moi - Rely en Thaïlande »

Partie 1 [1], oui, je précise 2010 car c’était en octobre dernier, hors je retourne dans le coin pour le nouvel an où l’on va aller à Sangkhlaburi et on s’arrêtera au retour donc à Kanchanaburi qui est sur la même route.
Ici, il s’agissait d’une de mes rares excursions sans Jitima, en effet je partais avec des amis français une journée express à Kanchanaburi, la ville elle même est à environ deux heures de Bangkok mais il faut rajouter une bonne heure pour aller là où nous sommes concrètement allés, à savoir aux fameux Parc national d’Erawan voir les chutes d’eau. Et pour ça on a été servi dans tous les sens du terme, la pluie ayant bien « chutée » sur nous...

Mais soyons honnêtes, cette pluie n’était heureusement pas continue et pas si intense comme elle peut l’être ici en Thaïlande, de plus les arbres atténuant pas mal c’était supportable, pour ceux qu’un peu « d’aventure » ne dérange pas. Quand la pluie a commencé à tomber ce fût le branle-bas de combat, mettre l’appareil photo en lieu sûr d’abord. Très vite j’ai compris que les chaussures deviendraient inutiles... Allez hop on emballe tout ça façon aventurier avec chaussures en bandoulière et on marche pieds nus dans la boue.

Mais malgré ce temps décourageant la visite reste sympa car l’endroit vaut le coup d’œil, et l’éclaircie à laquelle on aura droit dévoilera les lieux dans toutes leurs splendeurs et surtout toutes leurs couleurs. Et nous n’étions pas les seuls car il y avait tout de même pas mal de monde .

Au Parc Erawan il y a une suite de cascades en escalier, sept niveaux que l’on remonte sur une distance d’environ 2.200 m.
Pour notre cas on a mal géré car on s’est arrêté dans l’ordre au fur et à mesure. Normal me direz-vous, mais le fait est que le temps que l’on arrive en haut (car la visite des cascades débute en bas, eh oui faut monter...) le parc fermait et juste en entamant la montée vers le dernier niveau un garde nous a « gentiment" demandé de descendre » « l’heure c’est l’heure » on aura pas le droit d’aller jeter un œil, dommage... [2]

Première étape, premier pouf
Première étape, premier plouf pour mes compagnons du jour, pour ma part je n’avais pas prévu de me baigner donc je restais sagement à prendre des photos...

Pour mieux se rendre compte de la taille
Pour mieux se rendre compte de la taille.

Le soleil fait son apparition
Le soleil fait son apparition profitons en, ça ne va pas durer !

Les eaux regorgent de poissons
Les eaux regorgent de poissons.

Chutes d'eau Erawan

Continuons la remontée
Continuons la remontée.

Jusqu'à présent tout va bien
Jusqu’à présent tout va bien, c’est facile et plutôt bien aménagé.

Les Thaïlandais apprécient l'endroit
Les Thaïlandais [3] aussi apprécient l’endroit, venant en famille, beaucoup étaient en mode « pique-nique » à l’entrée du parc.

Le dernier rayon de soleil
Voilà le dernier rayon de soleil de la journée...


Deuxième étape
2e étape.

Sous la douche
Deux de mes comparses, à gauche, prennent « la douche »

Ça revigore parait-ilÇa revigore parait-il.

Next, ça grimpe !Next, ça grimpe !

Petit stop Petit stop point-de-vue, c’est brumeux...

Voir en ligne : Kanchanaburi 2010 - Partie 1

Notes

[1De petites modifications de style et des correction typographiques et orthographiques ont été faites pour optimiser la lecture par nos lecteurs

[2Le niveau sept est le plus éloigné de l’entrée. Il se trouve à 1.500 m du niveau six avec un dénivelé de plus de 150 m.

[3Mous avons substitué Thaïlandais à Thaï car ce terme désigne en français plusieurs groupes linguistiques et différentes ethnies et est impropre pour nommer les habitants de la Thaïlande (Pas moins de 60 groupes distincts dont des Môn, des Karen, des Thaï, des Lao etc.