Tradition

Construction d’une maison karen

Les Karen et les Môn construisent des maisons simples en bambou sur pilotis.
Les murs sont composés de bambous coupés en deux ou de bambou tressé. Le sol est en bambou refendu, le toit est réalisé en chaume de riz ou avec de larges feuilles de teck ou de bananier. Les animaux domestiques, poules, cochons, bétail sont enfermés la nuit sous la. Parfois de balançoires sont installées sous la maison pour bénéficier de l’ombre et de la fraicheur.

GIF - 4.7 ko
Maison karen traditionnelle

La surélévation de la maison est une protection contre les risques d’inondations, contre les insectes, et contre l’intrusion d’animaux domestiques. C’est aussi pratique pour maintenir propre la maison.

JPEG - 20.8 ko
Plancher et ou/mur
Un bambou de 10 cm de diamètre est fendu et plusieurs endroits, puis déroulé. On obtient une planche solide d’une trentaine de centimètres.

Des matériaux de construction naturels provenant de la forêt sont utilisées pour la construction des maisons : des feuilles de bambou, des feuilles de teck, du bois de teck [1], enfin divers types de bois.

Le cadre de la maison et les pilotis sont construits à partir d’un bois robuste résistant aux intempéries et surtout aux termites, autrefois les riches familles utilisaient le teck, le bois le plus résistant aux termites. Le teck devenant de plus en plus rare, certains villageois utilisent des piliers de ciment et un chainage en béton armé ou une base en bloc de ciment. Les murs et les planchers de la maison sont formés avec des bambous fendus ou tressés. Le bambou est résistant et capable de supporter un poids important.

JPEG - 50.2 ko
Feuille de teck
La main dans le médaillon donne l’échelle...


Pour la toiture les villageois plient plusieurs larges feuilles sur une baguette de bois mince, puis assemblent les feuilles les unes aux autres et les lient à la baguette. Ces rangées de feuilles sont superposées les unes sur les autres donnant un effet de toit en chaume. Les feuilles de de teck sont les plus prisées à cause de leur robustesse. Elles doivent être moins souvent remplacées que les feuilles de bananier par exemple.
Le résultat est une maison à la fois esthétique et fonctionnelle.

Une terrasse couverte occupe le devant de la maison. Elle sert de cuisine, de salon, d’atelier pour toutes sortes de travaux. On y fait la causette avec les amis et parfois on y loge un hôte pour la nuit.

La maison traditionnelle comporte une seule pièce qui peut être divisée avec un paravent. La famille s’assied et dort sur des nattes tressées étendues à même le sol.
Dans les régions montagneuses froides, les maisons ont un foyer qui est entretenu jour et nuit (voire l’illustration).
Un bâtiment à grains est construit à côté de la maison avec les mêmes matériaux. Sa position est régie par toute une série de règles et de superstitions

Le pilon à riz est souvent commun à plusieurs maison. C’est un endroit où les villageois se rencontre.
Les maisons sont construites suivant des règles qui en déterminent la position. On prend bien garde à ce n’indisposer aucun pi (esprit) de la maison. Il est interdit de construire trois maisons de façon à former un triangle équilatéral. Ces règles doivent être absolument respectées au risque d’horribles malheurs causés par la violation de tabous séculaires.

Notes

[1La coupe en est aujourd’hui interdite.