Inondations en Thaïlande

Boules EM contre pollution de l’eau à Bangkok

L’université de Srinakharinwirot propose une solution écologique à la pollution, alors que la menace d’épidémies due aux inondations inquiète les autorités sanitaires thaïlandaises [1] et que les responsables sanitaires ont noté une forte augmentation des entérocolites et l’apparition de difficultés respiratoires. La lenteur du drainage de l’eau fait craindre une hausse des risques pour la santé.

JPEG - 29.4 ko
Minibus

Les boules EM permettent de contrôler la pollution dans les eaux de crue d’après les experts de l’Université Srinakharinwirot.

« Elles sont efficaces » a affirmé le professeur Sumalee Leungsakul. Sumalee Leungsakul est le doyen de la université Faculty of Culture, Environment and Eco-tourism [2].

Sumalee a déclaré que son université allait distribuer des boules de micro-organismes efficaces aux victimes des inondations récentes. L’usine de sucre Tamaka à Kanchanaburi a fait don de la mélasse pour leur production.

De nombreux habitants de Bangkok sont venu chercher des boules EM pour s’attaquer à la pollution sale et malodorante de l’eau des inondations autour de leurs maisons. Mais on s’interroge sur l’efficacité réelle de ce produit.

Le Docteur Sanong Thongpan, qui a huit ans d’expérience dans le traitement de l’eau polluée à l’ Université Srinakharinwirot, assure que les boules EM sont efficaces.

« Les micro-organismes utilises ce dont ils disposent dans les eaux de crue : amidon, graisses et des protéines. Leur micro-organismes obtenus à partir du Bacillus subtilis », en ajoutant :
« Les utilisateurs doivent casser les boules EM en petits morceaux avant de les jeter dans l’eau d’inondation. Pour 10 mètres cubes d’eau, il faut utiliser seulement deux balles EM [...] Si vous les utilisez correctement, la qualité de l’eau doit s’améliorer en moins d’une semaine semaine ».
 [3]

JPEG - 16.8 ko
Eau stagnante et polluée à Bangkok

Notes

[1Au moins deux personnes seraient morte des suites d’une maladie contractée à cause de l’eau stagnante.

[2L’Institut de l’écotourisme, Srinakharinwirot University à Bangkok en Thaïlande a été créé le 17 juin 1994 par le Conseil universitaire au Campus Patumwan dans le but d’encourager les études d’écotourisme. L’institut vise à développer l’éthique et les normes en matière d’écotourisme, de promouvoir la compréhension, l’appréciation et la conservation de l’environnement naturel et culturel, et de faciliter l’interaction entre les touristes, les communautés d’accueil et l’industrie du tourisme.

[3Les entérocolites infectieuses primitives sont fréquentes lorsque les conditions d’hygiène sont défectueuse et trouvent souvent leur origine dans une contamination de la nourriture et de la boisson. Elles se caractérisent par des diarrhées aiguës.
parmi les plus courantes :
- Les salmonelloses digestives, gastro-entérite à salmonelle Enteritidis et Typhimurium ;
- La shigellose ou dysenterie bacillaire est provoquée par les Shigella dysenteriae
- Le choléra dû au vibrion cholérique est encore fréquent en Asie ;
D’autres agents infectieux peuvent être présents :
- les staphylocoques ;
- l’Escherichia coli, cause de la tourista la diarrhée bien connue des voyageurs ;
- le Clostridium perfringens qui peuvent provoquer la gangrène gazeuse ;
- des virus ;
- des champignons.