Inondation en Thaïlande

Bangkok en danger !

Le Premier ministre Yingluck Shinawatra a reconnu jeudi qu’il était devenu impossible de protéger Bangkok des pires inondations qui frappent le pays depuis des décennies, et fait état d’une crise nationale.
Bangkok en danger !

« On ne peut pas bloquer l’eau indéfiniment », a-t-elle déclaré, avant d’expliquer que les autorités devraient décider quelles zones de la capitale seraient choisies pour évacuer vers la mer des milliards de mètres cubes d’eau.

Le gouvernement se bat d’arrache-pied depuis plusieurs jours pour empêcher la capitale d’être gagnée par les eaux, renforçant les digues avec des sacs de sable pour protéger son centre d’affaires et ses aéroports.

De gigantesques masses d’eau se sont accumulées dans une vaste plaine au nord de la ville, noyant une partie de la grande banlieue.
« Plus nous la bloquons, plus l’eau monte donc nous allons étudier les zones qui souffriront le moins », a dit Yingluck. « C’est une crise nationale donc j’espère obtenir la coopération de tous les secteurs ».
« Les eaux arrivent de plusieurs directions et nous ne pouvons les contrôler ».
Les inondations sont provoquées par des moussons anormalement abondantes. Elles ont fait au moins 320 morts et trois disparus, selon le dernier bilan, le 20 octobre 2011.

Le gouvernement est de plus en plus confronté au dilemme entre soulager enfin les régions au nord et à l’est quitte à inonder une partie de Bangkok, ou préserver coûte que coûte la capitale. Pour l’instant, le centre-ville lui même n’a pas été touché et les deux aéroports [1] fonctionnaient normalement.

Dans certains quartiers de Bangkok, les routes ont été construites en remblayant les canaux d’évacuation existants, renforçant ainsi la gravité des inondations. Lorsqu’elles ne sont pas remblayées ou encombrées par les constructions, les voies de drainage naturelles sont souvent obstruées par les ordures ménagères.
Le développement anarchique des quartiers à usage d’habitation a accru les problèmes de drainage de diverses façons. Le défrichage a réduit la capacité du sol à retenir l’eau et à résister à l’érosion. L’accroissement de la surface bâtie, maisons et routes, a réduit d’autant la superficie du sol dans lequel l’eau peut s’infiltrer et laisse un volume d’eau plus important à éliminer par drainage.
L’opposition a réclamé mercredi l’imposition de l’état d’urgence pour donner plus de pouvoir aux militaires et permettre notamment les évacuations de force et l’interdiction de certains axes à la circulation. Le gouvernement a refusé.
Au pouvoir depuis le coup d’État de septembre 2006 , les amis d’Abhisit et des généraux n’ont rien fait pour entretenir et améliorer le réseau de digues et de canaux. C’est seulement dans les derniers mois de 2010 qu’un projet de tunnels de drainage devant porter la capacité de 14 km à 50 km [2].

Notes

[1Le nouvel Aéroport international de Suvarnabhumi ouvert en septembre 2006 a été très mal construit, avec présente des problèmes de drainage

[2Le nouveau système de drainage sera composé de quatre tunnels gigantesques, chacun avec un diamètre de cinq à six mètres.
Le premier tunnel devait être achevé et entrer en service en janvier 2011.
_ Le système de tunnel sera achevé dans cinq ans dans le cadre du Plan de prévention des inondations intégrée et durable pour Bangkok. Cinq ans de trop.

JPEG - 52.1 ko
Projet de drainage à l’horizon 2015

« Nous allons cesser de gaspiller la plupart de notre budget de prévention des inondations sur les mesures de prévention ad hoc » avait alors déclaré le gouverneur de Bangkok, Sukhumbhand Paribatra. qui avait ajouté « Nous dépensons plus d’argent pour acheter des sacs de sable et de pompes à eau. Au cours des trois dernières années, Bangkok a passé plus de onze milliards de THB sur des mesures de prévention à court terme des inondations. Toutefois, Bangkok est encore inondée après de fortes pluies. C’est parce que ces mesures ne sont pas une réponse à long terme au problème des inondations. "
La capacité de drainage de la capitale passera de 95 à 240 mètres cubes par seconde à la fin de ces travaux.