Un témoignage de Dousam

Amphawa, Kanchanaburi, Sangklaburi

Dousam et sa petite famille ont visité la Thaïlande et ont passé quelques jours à Kanchanaburi.
Nous vous livrons ici, la partie du compte-rendu que Dousam en a fait dans Voyageforum qui concerne la province de Kanchanaburi.
Ampawa, Kanchanaburi, Sangklaburi

Amphawa [1] - Kanchanaburi - Sangklaburi

Huitième jour.

Nous prenons l’avion à 10 heures à l’aéroport de Phuket en direction de Bangkok.

Ô miracle...nous trouvons enfin la consigne et laissons nos encombrants blousons.
Nous mangeons dans l’aéroport et nous descendons en bas aux taxi.

Nous n’avons pas vu le guichet pour la taxe de sécurité.
Décidément, on n’est pas doué.
Je ne sais pas si c’est parce qu’on n’est pas au bon endroit ou si c’est parce que qu’on est sorti trop tôt sur le trottoir.
Nous allons à la guitoune pour donner notre destination : Sai Tai Mai
 [2].

La madame du guichet me demande in english où je veux aller ensuite ? Kanchanaburi.
Elle m’explique que pour aller à la gare du sud, c’est 600 THB et si je choisis d’aller à Kanchanaburi directement en taxi, c’est 1600 THB...
Je n’avais pas pensé à cette solution mais c’est vrai que négocier ici avec une personne qui parle anglais...c’est drôlement plus simple que de tenter ça de la gare routière avec l’incertitude de se faire comprendre !

Ok, alors, si jamais on décide d’y aller en taxi... combien cela coute-il pour s’arrêter au Floating Market d’ Amphawa [3] et de nous garder les bagages une heure ?
Consultation entre les hôtesses pour identifier Amphawa mais l’une d’elles semble comprendre et savoir où c’est !
2.000 THB pour une heure et 2.200 pour deux heures.
Top là, ça marche.

Sur notre route, on aperçoit les marais salants et les premières rizières (et les dernières !).

Le marché d’Amphawa nous a tous énormément plu.
Il n’était que 16 heures et il y avait encore très peu de monde puisque c’est un marché de nuit
 [4].
Mais l’atmosphère Zen, la beauté du canal, le côté paisible vu l’absence de foule, la lumière tombante, le charme des maisons et des petites embarcations... absolument tout nous a énormément séduit.
Les gens sont si souriants et si gentils.
Bref, cette petite halte a été un vrai bonheur et une agréable coupure pour notre transfert.

Les enfants disent qu’ils ont autant apprécié que la journée d’hier à Koh Phi Phi.
Qu’ils sont surprenant ces gosses !!!
Mais c’est cool.

Nous reprenons la route pour Kanchanburi et allons au Sabai@kan resort (2.600 THB la nuit pour deux chambres avec petit dèj)
Les chambres sont parfaites même si elles ressemblent un peu à n’importe quelle chambre d’un hôtel européen sympa.
Par contre l’immense baie vitrée qui donne sur la piscine et le jardin donne beaucoup de charme à la pièce.
C’est dommage de dormir ici, il faudrait profiter de la vue toute la nuit.

Nous nous installons et prenons un tuk tuk pour nous rendre au délicieux Bell’s Pizzeria où nous avons rendez vous avec Pascal (kanchaburiPE [5]).
Il m’a été d’un grand secours pour l’organisation de la suite du voyage.

Je voulais réserver une voiture pour la suite du périple mais à Kanchanaburi, ce n’est pas simple.
La question revient en boucle sur le forum et le problème essentiel est l’absence d’assurance convenable.
Pascal ayant plusieurs fois nommé le sérieux de l’agence de Khunthip-Taxi sur le forum, j’ai pris contact directement avec lui.
Il m’a proposé de me servir d’intermédiaire.

Moi qui suis toujours d’un tempérament trouillard et angoissé, j’ai étrangement envoyé en toute confiance un acompte pour la réservation de la voiture à quelqu’un que je ne connais pas, par l’intermédiaire de quelqu’un que je ne connais pas plus...
Et je ne regrette pas du tout ma décision.
Tout s’est merveilleusement déroulé.
Pascal a été un intermédiaire très efficace, il a négocié la voiture pour 5 jours pour nous (1.200 THB par jour pour 5 jours au lieu de 1.500 THB, le virement que j’ai fait sert de caution et est restitué après).
Nous étions attendu le jour convenu.

Kun Thip est non seulement une jolie femme mais en plus elle est absolument adorable.
Son seul problème pour faire du business avec des Farang est un niveau d’anglais un petit peu trop juste…( l’intermédiaire francophone simplifie donc beaucoup les choses).
C’est dommage car c’est une personne avec qui j’aurai vraiment bien aimé passer plus de temps mais la conversation était un peu limitée.

Je suis bien contente d’avoir fait travailler une personne aussi gentille et qui n’a visiblement pas une vie toujours très facile.
Sa voiture était pratiquement neuve (7.500 kilomètres), propre, climatisée, vitres teintés.
Au niveau de l’assurance, je ne peux pas trop dire car heureusement, il ne nous ait rien arrivé (ouf !) mais si je devais retourner à dans cette région, je procéderais, sans aucun doute, de la même façon.

Neuvième jour :

Le jardin de l’hôtel est magnifique mais le ciel est couvert ce matin et nous renonçons à nous baigner comme nous l’avions imaginé la veille au soir.
C’était un peu idiot de prendre un hôtel aussi sympa et de ne pas en avoir profité plus mais, c’était une halte bien agréable quand même.

On nous a recommandé d’être en haut des chutes d’Erawan vers midi maximum pour avoir la meilleure lumière sur les chutes et ne pas trop souffrir de la chaleur.
Nous n’y serons pas.
Pourtant, j’avais prévu de décoller de bonne heure... mais il faut que je me rende à l’évidence qu’avec les ados, c’est possible mais pas sans conséquence sur l’humeur.
Nous arrivons sur le parking d’Erawan à midi !!!

Par contre nous suivons quand même le conseil de monter directement à la dernière chute d’une traite et de redescendre tranquillement.
J’aurai peut-être dû quand même prendre le temps de prendre des photos lors de la montée car le soleil a disparu lors de la descente.
Nous nous baignons à la 7e cascade puis redescendons faire des glissades un peu plus bas sur des rochers qui forment un toboggan naturel.
C’est très chouette.
Il faut quand même reconnaitre que la sensation d’avoir des poissons accrochés [6] aux pieds est vraiment particulière (même très très particulière).

Les cascades d’Erawan sont très jolies.

C’est juste un peu pénible qu’elles soient envahies de Russes très malotrus.
Mais on ne va pas se plaindre, on savait avant de venir qu’ il suffisait d’arriver tôt pour profiter du site sereinement.

Nous nous arrêtons juste en dessous d’Erawan pour manger dans un grand marché couvert.

Alors là, autant le dire, je ne suis pas tranquille du tout.
Sur les différents marchés et vendeurs ambulants que nous avons fréquentés, il y a avait un tel passage qu’on pouvait imaginer que la nourriture proposée à l’air libre devait se renouveler régulièrement.
Ici, on voit bien qu’il n’y avait personne en montant, qu’il n’y a toujours personne en redescendant et que la viande et le poisson qui nous attend au soleil depuis ce matin ...était peut être déjà en train de nous attendre au soleil depuis plusieurs jours...
Bref, je ne suis pas tranquille...mais j’ai faim.
Finalement, nous ne serons pas malades ici non plus.

Nous arrivons au Ganeshapark à 17 h3 0 (les tarifs ont changé, voir le sitetrès bien fait ).
C’est trop tard et nous avons raté la promenade en bateau.
Tant pis.

On va aller mettre nos affaires dans les chambres, se changer et se reposer un peu.
Sauf que ce n’est pas l’heure encore pour avoir les chambres.

Donc on attend en compagnie de Toby le petit bébé singe qui fait son show, les chiens, les chiots et les enfants de François [7] est un Français amoureux des éléphants qui a créé le Ganeshapark où il fait revivre des animaux retiré (à grand frais) du travail forcé des parcs d’éléphants classique pour les faire travailler (jouer serait plus approprié) avec ceux qui partage sa passion et.ou veulent approcher ces géants débonnaires.]], un peu énervés, car ce soir...c’est Noël !.

Le cadre est très agréable avec une jolie vue sur le coucher de soleil sur le lac et les montagnes.
Les touristes du jour reviennent de leur promenade en bateau, enchantés et glacés( à cause du vent frais).
Ils sont super agréables et nous sympathisons tout de suite.
Nous leur demandons vers quelle heure ils ont pu avoir leur chambre : c’est le même traitement pour tout le monde, il faut attendre que l’apéro soit servi.

Effectivement, dans la soirée, nous laissons les frites refroidir sur la table et filons dans les chambres à l’heure du repas.
Les enfants se changent et moi je souffle de soulagement.
J’appréhendais un peu la chambre souvent décrite comme rustique mais elle est tout à fait correcte cette chambre.
Les murs bien blancs.
Le sol nickel propre.
Les petites couvertures pliées sur les lits.
Très bien.
Les petites aérations sur la portes n’échappent pas à mon regard car elles peuvent permettre à une bébête de venir me tenir compagnie cette nuit (mais bon, aucune bête n’est venue nous visiter !)
La paille tressée sur un mur ne me rassure pas vraiment non plus mais j’ai une imagination très fertile...
Les enfants sont dans un bâtiment jumelé à une autre chambre.
C’est plus grand, pas tout à fait pareil que nous mais tout à fait correct aussi.

Le repas est délicieux.
C’est super parfumé mais pas du tout épicé.
Même ma fille pourtant difficile mange de tout.

Dixième jour :

Nous nous levons à 7 heures 30 pour le petit dèj.
Mais il fait assez froid et François nous explique que nous allons attendre que l’air se réchauffe un peu.

La rencontre avec les éléphants se fait dans la forêt.
Les mahout  [8] font coucher les deux éléphants pour nous permettre de les approcher sans être impressionnés par leur hauteur.
C’est une excellente idée.
La journée est merveilleuse.
Elle alterne baignade, repas d’éléphants et promenade.
C’est magique.
Cette journée et les émotions que nous avons ressenties sont difficiles à raconter.
François prête à tout le monde des jupes culottes super bien conçues pour cette expédition (ok pas très sexy !!!).
Heureusement, j’ai mis ma laine polaire pour la promenade mais le reste de la famille, qui a juste enfilé un tee shirt sec, aura un peu froid.

En ce qui me concerne, j’ai passé plus de temps à faire des photos que sur le dos des éléphants.
Chouette journée.
Beau souvenir.
Dommage qu’il y ait eu autant de vent.

Nous terminons la journée par la promenade sur le lac superbe.
Grâce à l’expérience des « anciens »....nous nous sommes bien couverts !
Le couché de soleil sur les montagnes birmanes et les petites habitations flottantes est splendide.
Toute la famille apprécie cette superbe ballade.

La femme de François est vraiment une excellente cuisinière et le repas est délicieux.

Les enfants ont eu un peu plus froid que nous la nuit dernière.
Pour cette seconde nuit, nous demandons à Marites des couvertures plus épaisses.
Elle nous donne de gros édredons confortables et bien chauds.
Elle nous comprend car eux aussi ne sont pas habitués à des températures comme ça ici.

Onzième jour :

Nous partons le lendemain pour un petit retour sur nos pas avant de continuer à monter vers Sangkhlaburi.
Nous nous rendons aux chutes de Pad Tad.
Elles ne ressemblent pas à celles de la veille : le site est plus petit et plus serein.
Il fait encore frais ce matin et nous n’avons pas envie de nous baigner mais nous apprécions particulièrement l’environnement qui est désertique.
En effet, nous sommes absolument seuls au milieu des bambous et des cascades.

Nous filons ensuite vers les Hot Spring et testons les différents degrés de la rivière et des bassins chauds.


Nous ne restons pas très longtemps : un car de Russes débarque... ils envahissent le lieu tel la patrouille des éléphants !!!

Nous reprenons la route et partons manger à Thong Pha Phum [9].
C’est un vrai coup de foudre pour moi ce village.
Le marché est animé, typique et les gens supers souriants.
Il n’y a pas de touristes.
J’ai adoré cette halte sympathique.

Nous reprenons la route pour Sangklaburi [10].
Le lac, les maisons flottantes, la montagne... tout est superbe.

Nous arrivons à la P Guesthouse (250 THB la room avec fan et salle de bain partagée- 950 THB la room haut de gamme avec fenêtre, couverture et clim)
Après avoir laissé nos affaires dans la chambre, nous filons visiter le village.
Sangkhlaburi n’est pas du tout comme j’imaginais.
Nous traversons le pont et essayons de parler avec trois jeunes très sympathiques qui nous ont abordés mais leur anglais est encore plus rudimentaire que le notre et la communication est difficile.

Douzième jour :

Le vent ne s’est pas encore mis à souffler lorsque nous déjeunons sur la terrasse.
Le lac parait encore plus beau et l’atmosphère plus sereine que la veille.

Nous partons pour une sortie treck + bambou rafting (je me rappelle plus du prix et je sais pas si j’ai gardé la facture !)
Nous avons la chance de partager cette sortie avec un groupe de touristes thaïlandais vraiment charmants.

Le niveau de l’eau est très élevé cette année.
Nous observons les toits des temples immergés du village môn noyé dans ce lac artificiel.
Puis nous partons vers un village karen où a lieu le départ de l’expédition.
Nous étions assez septiques sur cette excursion avant de partir (c’est certain qu’on ne peut pas classer cette sortie en sport extrême) mais elle nous laissera à tous un souvenir vraiment inoubliable.

Marcher dans les ruisseaux à côté des éléphants a été un vrai bonheur, nous baigner dans le courant au milieu d’une nature magnifique ainsi que le retour sur les rafts en bambou ont été des moments d’une beauté infinie et d’un plaisir intense pour toute la famille.

Nous finissons la journée dans le village môn en face de Sangkhlaburi qui a beaucoup de charme.
Un tournoi de takrawest organisé et rassemble une grande partie de la communauté.
On se gare ensuite devant le nouveau temple Wang Wiwekaram et un monsieur nous fait des signes pour qu’on entre le visiter.

C’était vraiment une très belle journée.
Il y a tant de choses que j’aurai voulu faire aussi ici.
Notamment visiter l’orphelinat Baan Unrak (c’est peut être bête mais on a pas oser aller les déranger pour visiter et ce n’était pas le bon jour pour y voir leur spectacle du mercredi soir), aller au Col des trois pagodes, continuer à visiter les petits villages aux alentours....

Treizième jour :

Nous repartons vers Kanchanaburi pas trop tard.
Nous avons beaucoup de route à faire.
Pour le plaisir, nous nous arrêtons manger à Thong Pha Phum.

Nous redonnons la voiture à Khun Thip vers 15 h 30 et retrouvons Pascal en sa compagnie.
Ils nous ramènent à notre hôtel sans trainer car nous avons rendez vous avec le Spa Suan Nanachaat pour des massages à 16 h et nous ne sommes pas en avance.
Le site est sublime et les massages parfaits...

Nous retournons à l’hôtel pour manger et le repas est fabuleux.
C’est l’endroit où j’ai le mieux mangé des vacances.

L’Oriental Kwaï est le plus bel hôtel de notre voyage (3.800 THB pour une suite familiale - trois grands lits- avec petit dèj).
Toute la décoration est somptueuse aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.
Nous avons une immense chambre familiale qui donne sur la rivière.
C’est vraiment un immense plaisir de passer une nuit dans un endroit pareil.
Nous sommes sous le charme car c’est très inhabituel pour nous.

Au départ, je m’étais dit que les adultes se lèveraient de bonne heure le lendemain matin pour prendre le train de la mort et reviendraient rejoindre en fin de matinée les enfants à l’hôtel.
Mais finalement, ça aussi ça sera au programme de notre prochain voyage ainsi que la visite de Muang Sing, le temple khmer.

Quatorzième jour :

C’est fini, nous devons rejoindre la capitale.
Nous avions prévu de prendre un song taew pour nous rendre à la gare routière de Kanchanaburi puis un bus pour aller à Sai Tai Mai et enfin un taxi pour aller jusqu’à notre hôtel à Bangkok...
Mais le cadre est si époustouflant que nous prenons le décision de raccourcir le temps de trajet et de profiter de l’hôtel et sa piscine à la place !!!
Tant pis, nous ne connaitrons pas les joies du transport en commun en Thaïlande.
La matinée est réservée à la baignade et au farniente.
C’est pas mal non plus !

Voir en ligne : Kanchanaburi par Dousam sur Voyageforum

Notes

[1Amphawa est écrit Ampawa dans le texte original

[2, surnommée « Sai Tai Mai » [thai : สายใต้ใหม่ ] est située à Phutthamonthon Soi 1 au nord du district de Thonburi, à l’ouest de Bangkok. C’est une gare routière moderne et climatisée.

[3Attention le marché d’Amphawa (ตลาดน้ำอัมพวา) n’est ouvert que le weekend.

[4Alors que la plupart des touristes visitent l’ hyper-touristique marché flottant de Damnoen Saduak, Amphawa offre un marché plus authentique car voué au public thaïlandais nostalgique de l’avant Tesco-Lotus et autres Big C (Casino). Les touristes sont presque exclusivement thaïlandais.
Situé dans la province de Samut Songkran , Amphawa est un marché d’après-midi très populaire.
Le marché lui-même se tient sur le pittoresque canal d’ Amphawa, qui fait partie d’un réseau de plus de 300 canaux issus du fleuve Mae Khlong, né de la réunion des rivières Kwaï Yai et Kwaï Noi à Kanchanaburi.
En soirée, les bateaux emmènent les visiteurs voir les lucioles incroyablement populaires ici.
On peut facilement gagner Amphawa de Bangkok en utilisant les minibus stationnés près de Victory Monument.

[5Pseudo de Pascal sur Voyageforum

[6Il s’agit de poissons-docteurs

[7François Collier

[8Les mahout sont des cornacs en thaïlandais.

[9Thong Pha Phum (ทองผาภูมิ) est un district de la province de Kanchanaburi,
Le district est divisé en 7 villes (tambon) et 44 villages (muban). Il compte au alentour de 60.000 habitants.

[10Qui s’écrit aussi Sangkhlaburi ou Sangkhla Buri