Paludisme, dengue, rickettsiose...

Certaines maladies transmises par les moustiques, les tiques, les puces, les poux ou les acariens demandent d’être bien informé afin de prendre les précautions suffisantes.

Voici ce qu’en dit l’ambassade de France dans ses conseils aux voyageurs en Thaïlande :


- Paludisme (malaria) : maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…) À ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Les frontières avec le Cambodge, le Laos, la Birmanie et la Malaisie sont classées en zone 3 [1]. Dans le reste du pays : pas de chimioprophylaxie.
- Dengue : la dengue est une maladie endémique en Thaïlande. Une épidémie de dengue sévit actuellement (juin 2012) dans tout le pays, plus particulièrement dans le nord et le centre. La maladie est propagée par un moustique, actif de jour, il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre (la prise d’aspirine est déconseillée).

- Encéphalite japonaise : Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Des cas humains ont été recensés dans les provinces du Nord du Vietnam. Ces cas peuvent être mortels ou engendrer des séquelles neurologiques graves. De ce fait, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire (à pratiquer dans un centre médical sur place). Dans le cadre d’un voyage touristique, il semble que les mesures physiques (vêtements longs, répulsifs…) soient une arme efficace.

- Les rickettsioses : maladies infectieuses bactériennes, potentiellement mortelles, transmises par les tiques, les puces, les poux ou acariens. Elle peut évoquer devant un syndrome infectieux associé à des manifestations cutanées. Le traitement repose sur la prise d’antibiotique. La prévention repose sur le port de vêtements longs et de répulsifs.

L’examen de la peau après passage dans une zone potentiellement infestée (brousse , champ forêt) est conseillé.

Dans les autres districts de Kanchanaburi ni risques importants ni précautions excessives à prendre. Comme toujours une attention particulière doit être observée envers les jeunes enfants.En Thaïlande un dicton dit que les tigres sont moins dangereux que les moustiques...

Notes

[1À mon avis ce classement en zone 3 (avec prévalence élevée de chloroquinorésistance et risque de multirésistance) est optimiste pour les zones forestières frontalières entre la Thaïlande et la Birmanie et entre la Thaïlande et le Cambodge.

De toute évidence ces zones devraient être classées en zone 4 de multirésistances.
Si vous avez l’intention d’aller en forêt un maximum de précaution est conseillé.