La faune à Kanchanaburi

Éléphant d’Asie - Elephas Maximus

Les éléphants sont les icônes royales et religieuses nationales de la Thaïlande, et pourtant leur survie dans la nature est menacée par les illégitimes et les légitimes revendications d’une population croissante de l’homme. Moins de 2.000 éléphants sauvages ont survécus à l’échelle nationale (dont la moitié en zone forestière de l’Ouest à proximité de Kanchanaburi). Les conflits entre les humains et l’éléphant sont en augmentation partout dans le pays.

JPEG - 28.6 ko
Bébé éléphant à Kanchanaburi
Photo de Kanchatrk

La trompe de l’éléphant se termine par une lèvre chez l’éléphant d’Asie, deux lèvres pour l’éléphant d’Afrique. Outre ses fonctions olfactives, elle sert non seulement à s’alimenter et s’abreuver, mais aussi à communiquer. C’est un organe essentiel dans la vie de l’éléphant. La trompe sert à caresser, à saisir des branches ou des feuilles, et remplit un rôle de ventilation.
Les oreilles ont une importance aussi grande que la trompe, car elles ont plusieurs fonctions. Outre la fonction auditive (l’animal peut percevoir des infrasons, c’est à dire des sons basse fréquence inaudibles par l’homme), l’oreille a un rôle de régulateur thermique car elle est traversée de nombreux vaisseaux sanguins qui permettent d’activer la circulation sanguine lorsque l’éléphant agite les oreilles. Les oreilles servent également à communiquer. Le battement d’oreilles est signe de danger pour le troupeau.

JPEG - 15.7 ko
Eco-tourisme avec les éléphants.
Do-luang au Ganesha Park
Ganesha Park, à Kanchanaburi, est un endroit pas comme les autres, sur les bords du lac de Sangklaburi

La peau de l’éléphant est fragile. Elle forme des plis où viennent se loger des parasites. Elle est épaisse d’environ 2 cm. La toilette est donc un rituel important. L’animal prend régulièrement des bains de boue, se saupoudre de terre, se frotte contre des surfaces rugueuses (généralement des troncs d’arbres ou des termitières)... et prend évidemment grand plaisir lors des bains.

JPEG - 28.4 ko
Éléphant dans la jungle de Sai Yok
Photo de Kanchatrek

Le squelette de l’éléphant d’Asie compte 19 paires de côtes et 33 vertèbres caudales. L’éléphant d’Afrique lui possède 21 paires de côtes et un maximum de 26 vertèbres caudales. Le crâne est aplati sur le front chez l’éléphant d’Asie et fortement bombé chez son cousin africain.


Statut de l’éléphant d’Asie  : Classé sur la liste rouge des espèces en danger : EN (A1cd)
- EN : en danger. Une espèce est en danger quand elle n’est pas mise en danger de façon critique mais fait face un très à haut risque d’extinction dans la nature dans un avenir proche.
- A1cd : Réduction observée, estimée, impliquée ou suspectée de plus de 70% de la population dans les 10 prochaines années ou trois générations. Les causes sont clairement réversibles ET connues ET peuvent cesser, en préservant la qualité et la tranquillité de l’habitat.

En 1975, l’éléphant d’Asie a été classé en annexe I de la CITES. C’est la déforestation qui pose de sérieux problèmes à l’animal.

En 1987, la couverture forestière au Vietnam a considérablement diminué (de 43.7 à 21 % aujourd’hui).

En 1990, la population d’éléphants de ce pays était estimée à 1.500 - 2.000 individus. Une chute dramatique des effectifs a été enregistrée en 1994, où on ne comptait que 350 individus ! La population totale à Sumatra est estimée à 3.000 éléphants en 1990.

En 1995, Bangkok a interdit les éléphants dans les rues afin de leur épargner chaleur et pollution.

En 1996, l’éléphant est inscrit sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN. Cette même année, la population indienne est estimée à 23.000 éléphants sauvages.

En 1997, on comptait environ 16.000 éléphants domestiqués pour le sud-est asiatique [1].

En 2009, situation des éléphants à l’état sauvage :

- Bhoutan entre 60 et 150 ;
- Birmanie entre 5.000 et 6.000 ;
- Cambodge entre 1.000 et 2.000 ;
- Chine entre 250 et 350 ;
- Inde entre 20.000 et 24.000 ;
- Indonésie entre 2.500 et 4.500 ;
- Laos entre 1.000 et 3.000 ;
- Malaisie entre 800 et 1.000 ;
- Bornéo entre 500 et 2.000 ;
- Népal entre 50 et 85 ;
- Sri Lanka entre 2.500 et 3.000 ;
- Thailande entre 1.500 et 3.000 ;
- Vietnam entre 300 et 400 ;
TOTAL entre 35.460 et 49.485.

Associations qui protègent l’éléphant d’Asie et son habitat  :
- Le Réseau de conservation des éléphants
Kanchanaburi, Thaïlande

JPEG - 35.4 ko
Elephant Conservation Network - Salakpra wildlife sanctuary


- Elephant Conservation Network, Kanchanaburi, http://www.ecn-thailand.org/. ECN est une petite organisation non-gouvernementale située à Kanchanaburi qui travaille en partenariat avec les populations locales et d’autres ONG, ainsi que les agences gouvernementales locales et nationales. Elle met en œuvre un programme d’activités visant à relever le double défi de la conservation de l’éléphant et des conflits entre l’homme et et l’éléphant à Salakpra et Thanlod zones de conservation de Tham (928 km2 au total) dans la forêt de Srisawat (réserve nationale) et dans des terres privées des secteurs protégés. Ces zones comprennent la plus grande population d’éléphants sauvages du pays.

JPEG - 11 ko
Elephant Conservation Network

Créé en 1965, Salakpra a été la première réserve de la faune en Thaïlande, il abrite plus de 150 éléphants sauvages dont le caractère optimal des habitats forestiers a été constamment diminuée par l’empiétement et la surexploitation, ainsi que par des barrages, des routes et les développements associés.

- http://www.elephants-soraida.com/index.php Dirigée par Soraida Salwala et née en 1994. Un hôpital a d’abord été construit, qui a permis de soigner et sauver plus de 600 éléphants domestiqués, victimes de maltraitance et des mines anti-personnelles. La Fondation Brigitte Bardot soutient cette association depuis 2003. L’association envisage donc d’acquérir des terres afin d’offrir à ces malheureux une retraite amplement méritée. Bien que vénérés, les éléphants de Thaïlande doivent lutter pour leur survie : en effet, si en 1960, ils n’étaient déjà plus que 40 000 individus, aujourd’hui, ils ne sont plus que 5000 à peupler le pays. Il existe deux causes principales à cette hécatombe : la déforestation massive et le braconnage qui vise l’ivoire de leurs défense et les organes génitaux des mâles. Pour alimenter les zoos, les cirques et les touristes rêvant d’exotisme et d’insolite, les bébés sont capturés et leurs mères généralement tuées.

- Friends of the Elephant http://www.elephantfriends.org
C’est une organisation Hollandaise dédiée à la protection de toutes les espèces d’éléphants. Cette association soutient de nombreux projets dont un hôpital pour éléphants dans le nord de la Thaïlande, le projet
- Elephant Heaven, un projet de réintroduction dans le sud de la Thaïlande, un projet de conservation au Vietnam, un orphelinat pour éléphants en Afrique.
- Bring the Elephant Home http://www.bring-the-elephant-home.nl
Cette association a été créé pour lutter contre la maltraitance des éléphants en Thaïlande. Une des priorités de l’association est de mettre fin à la mendicité. En effet, les gens utilisent des éléphants dans les rues de Bangkok afin d’apitoyer les touristes et les riches habitants de la ville. Les animaux souffrent de la chaleur, de la pollution et sont souvent heurtés par les véhicules...
- Elephant Nature Park de la fondation Nature Elephant Fondation a été fondé par Sangduen « Lek » Chailert [2] en 1995. NEF prône et agit au nom des droits des éléphants asiatiques en Thaïlande. Elephant Nature Park est un sanctuaire et un centre de réadaptation dans un environnement naturel. Les éléphants se déplacent librement et ne travaillent pas. En plus de sauver les éléphants, NEF fournit également des soins d’urgence aux éléphants dans les villages isolés de Thaïlande avec son programme appelé Jumbo Express.

Des solutions doivent être trouvées pour mettre fin à cette situation. Les touristes doivent également être informés.


L’éléphant d’Asie (Elephas Maximus)
- hauteur : 3 mètres ;
- poids : jusqu’à 5 tonnes ;
- poids à la naissance : environ 100 kg ;
- poids à la naissance : environ 100 kg ;
- maturité sexuelle : entre 8 et 12 ans ;
- durée de gestation : 607 à 641 jours ;
- nourriture : 220 kg de fourrage par jour (il ne mange pas de substances ligneuses mais préfère les herbes et les plantes tendres qui poussent dans les bas-fonds humides)
- biotope : forêt tropicale (il évite soigneusement tous les espaces ouverts et les savanes herbeuses) ;
- en montagne, il monte jusqu’à 3600 mètres ;
- lieu de vie : Thaïlande, Inde, Sri Lanka, Indonésie, Chine, Laos, Cambodge, Népal, Bangladesh, Vietnam, Birmanie, Bhoutan ;
- estimation du nombre d’individus restant : 16.000 à l’état sauvage et 15.000 domestiqués ;
- espérance de vie : 70 ans environ.

Règne : Animalia
Embranchement : Chordata
Sous-embr. : Vertebrata
Classe : Mammalia
Sous-classe : Theria
Infra-classe : Eutheria
Ordre : Proboscidea
Famille : Elephantidae
Genre : Elephas / Linnaeus, 1758
Nom binominal : Elephas maximus / Linnaeus, 1758
Voir l’album de Dousam
Kanchanaburi vu par Dousam - Éléphants de Sangkhlaburi

Notes

[1Le nombre d’éléphants domestiqués diminue car le travail est de plus en plus rare. Depuis 1990, année où l’exploitation forestière a été interdite, en forêt, les éléphants assurent seulement le transports des grumes illégalement coupées, travail épuisant qui emploierait, encore aujourd’hui, 1.000 à 1.500 éléphants. Dix pour cent des éléphants du pays travaillent dans le secteur du tourisme ou comme attraction. On voit par exemple dans des spectacles de très jeunes éléphanteaux. Ces dernier, séparés prématurément de leur mère meurent souvent.
En 1994, selon des statistiques nationales, on a recensé environ 3.565 éléphants domestiqués,

[2Sangduen « Lek » Chailert est une de ces femmes qui contribuent inlassablement contre vents et marées à la préservation de la nature. Elle est pour les éléphants l’égale de ce qu’est Jane Goodall pour les chimpanzés et Laurie Marker pour les guépards.