Trafic d’éléphants

51 éléphants saisis à Kanchanaburi

Les autorités de Kanchanaburi et du National Parks, Wildlife and Plant Conservation Department ont saisi 51 éléphants dans trois camps d’éléphants du district de Sai Yok pour vérification.

Troupeau éléphants d'Asie - Kanchanaburi

Deux autres camps de la province seront inspectés cette semaine dans un effort pour arrêter les personnes qui utilisent les papiers d’identité des éléphants morts pour des éléphants sauvage capturés dans la forêt.

Selon le chef du district Theerasuwannachak Somchart, les fonctionnaires vont maintenant vérifier les papiers d’identité des éléphants et ont collecté des échantillons de sang provenant de six éléphanteaux pour des tests ADN.
Il faudra environ deux semaines pour connaître les résultats des tests. Les résultats doivent confirmer qu’ils sont les petits d’éléphants que les propriétaires prétendent être leurs mères, sinon la police engagera des poursuites juridiques.

Le scandale du massacre d’éléphants de janvier 2012, les propos destinés à amuser les médias d’un haut fonctionnaire auront conduit les autorités à effectuer ces contrôles «  [1] !

Il est grand temps de sensibiliser les touristes au trafic dont leurs satisfactions égoïstes et irresponsables est l’origine. On peut observer, apprécier la nature et les animaux sauvages sans assister à des spectacles de cirque comme au Temple des Tigres par exemple.
Certains amis des éléphants, comme François Collier au Ganeshapark, proposent des activités respectueuses des animaux
 [2].
En France, le Parc des Félins par exemple permet d’observer des tigres dans des conditions favorables pour ces grands prédateurs.

Notes

[1Nous défions tout fonctionnaire, tout politicien (ou touristes qui veulent avoir bonne conscience) qui nient ces faits, de visiter les camps d’éléphant de Ayutthaya, Chiang Mai, Hua Hin, Kanchanaburi, Pattaya, Phuket, Samui ou n’importe où ailleurs dans le pays, et d’obliger les propriétaires de tous les éléphants âgés de moins de 20 ans à effectuer un test ADN sur leurs animaux. Ce test permettrait de vérifier que les jeunes éléphants sont vraiment le fruit de leur prétendue mères  » a déclaré récemment un responsable d’une organisation thaïlandaise de protection des animaux, Edwin Wiek, secrétaire général de Wildlife Friends Foundation Thailand.

[2