Éphémérides

11 octobre

Contre-coup d’État du 11 octobre 1933 « la rébellion Boworadet »
À la suite du coup d’État contre la monarchie de 1932, Le Prince Boworadej avait comploté avec le colonel Phraya Sri Songkhram Sitthi, commandant des Forces armées de Bangkok, et d’autres hauts officiers militaires pour fomenter un coup d’État visant à renverser le gouvernement et le remplacer par un gouvernement plus traditionnel.
Contre-coup d'État du 11 octobre 1933 « la rébellion Boworadet
Le 11 octobre 1933, le prince Boworadet commande un marche sur Bangkok des forces royalistes de la région de l’Est du pays, constituées de régiments de Korat, Phetchaburi, et d’Udon, avec plusieurs unités de cavalerie et des batteries d’artillerie. Mais les unités militaires à Bangkok font échouer la manœuvre en ​​soutenant le gouvernement.

Après une journée de combats acharnés, le 12 octobre, les rebelles prennent Don Muang à la périphérie de la ville. le Major Luang Seri Somroeng Rit a proclamé une trêve et de demandé aux rebelles de se rendre, en de l’amnistie du gouvernement. Toutefois, le major est saisi et transformé en otage.
Les rebelles présentent alors plusieurs exigences :
- le pays est dirigé par le Roi pour toujours ;
- toutes les affaires de l’État doivent être effectuées conformément à la Constitution , notamment la nomination et la révocation d’un membre du Conseil des ministres ;
- les fonctionnaires, tant civils et militaires, ne doit pas intervenir dans la politique ;
- La nomination des fonctionnaires publics doivent être effectuées avec les qualifications égard, sans partialité politique ;
- des représentants du peuple (non-élus) du deuxième type doivent être nommés par le Roi et non par le Premier ministre ;
- l’armement de l’ armée doit être disponible partout ;
- amnistie est accordée par l’Assemblée nationale au Conseil de Sauvetage du et de tous ses partisans.

Le gouvernement ayant refusé de se conformer à ces exigences, les forces rebelles ont poursuivi leur avance dans la capitale, prenant les quartiers autour de Bang Khen . Les rebelles mis en place un bastion doté de mitrailleuses et de cavalerie, près de la gare de Lak Si. Le gouvernement ayant reçu le soutien du Nakhon Sawan Regiment et Le Prachinburi Régiment ayant offert de participer à la lutte au gouvernement, le moral des rebelles s’est effondré, et le 14 octobre, ils ont commencé à battre en retraite. Le lendemain, le gouvernement avec des forces supérieures (l’artillerie lourde ayant été déplacé par rail) s’est attaqué le bastion rebelle. À court de munitions et des fournitures, des rebelles se sont retirés. Les forces gouvernementales les ont poursuivi et jusqu’à la base rebelle dans Nakhon Ratchasima. Le 23 octobre, avec la possibilité de voir se renforcer les troupes gouvernementale encore par d’autres garnisons de province et de la mort au combat de Phaya Sri Sitthi Songkram, commandant en second de Boworadet, les rebelles ont été gravement défaits. Les survivants se sont dispersés, et la révolte s’est achevée.

Les destructions par des bombardement d’artillerie et le feu d’infrastructures à Bangkok (chemins de fer et ponts, etc.), et dans la région environnante, avec celle de l’Aéroport de Don Mueang ont été importantes.
Le 25 octobre prince Boworadet et son épouse sont montés à bord d’un avion et ont quitté le Siam pour le Vietnam (Indochine française ). De nombreux autres dirigeants ont été arrêtés ou se sont rendus, y compris le frère cadet du Prince Boworadet, le prince Sinthiphorn Kadakorn. Certainsont été jugés par un régime spécial tribunal. De nombreuses condamnation à des peines de prison à perpétuité ont été prononcées, mais aucune n’a été exécutée. La plupart des peines ont été réduites et plus tard, la plupart des condamnés ont été graciés complètement. Le Prince Boworadet obtint l’asile politique au Cambodge, où il a vécu jusqu’en 1948. Il est ensuite rentré en Thaïlande, et est mort en 1953 à l’âge de 76 ans.


Un monument a été inauguré le 15 october 1936 près de la gare de Lak Si et de l’Aéroport de Don Muang en souvenir de l’échec du contre-coup d’État. Monument of the People Revolution, Laksi Circle, Bangkok