Éphémérides

10 mars

10 mars 1909
Le Traité anglo-siamois de Bangkok
Traité anglo-siamois de Bangkok
Le Traité anglo-siamois de Bangkok a été signé le 10 mars 1909. Il avait pour but de partager le territoire malais entre le Siam et le Royaume-Uni. En reconnaissant l’autorité siamoise sur les provinces de Narathiwat, Pattani, Satun, Songkhla et Yala, l’empire britannique voulait surtout à se trouver un allié contre la France qui occupait une partie de l’Indochine au Laos, au Cambodge et au Vietnam.
Cet accord a précisé ce qui est aujourd’hui la frontière de la Malaisie et de la Thaïlande.
Par ce traité, le Siam renonçait à ses prétentions sur les États de Kedah, Kelantan, Perlis et Terengganu, transférant aux Britanniques sa souveraineté sur ces derniers. Perlis avait déjà été séparé du Kedah et érigé en sultanat par les Siamois.

En revanche, le Siam gardait la souveraineté sur une région qui constituent les provinces actuelles de Narathiwat (Menara en malais), Pattani (Patani), Satun (Setul), Songkhla (Singgora) et Yala (Jala). La région de Setul, de population à majorité thaï, avait déjà été séparée de l’état malais de Kedah.

En 1826, par le traité Burney, le Royaume-Uni avait reconnu la souveraineté du Siam sur les quatre états transférés, tandis que le Siam reconnaissait celle des britannique sur l’ile de Penang et la province Wellesley. Toutefois, les Siamois s’engageait à laisser les Anglais libres de commercer dans le Kelantan et le Terengganu.

Les Anglais ont réunis par la suite ces quatre états malais avec celui de Johor dans le sud de la péninsule pour constituer les États malais non-fédérés, par opposition aux États malais fédérés de Negeri Sembilan Pahang, Perak et Selangor.
La rébellion musulmane

Omniprésence des forces thaïlandaises
Cette annexion de ces province à population musulmane (80% de la population des provinces de Pattani, Narathiwat et Yala encore aujourd’hui) a provoqué une instabilité politique renforcée par la politique de thaïness [1] pratiquée depuis les années 1930.
Les premiers affrontement sévères ont eu lieu en avril 1948.Les forces de sécurité et villageois malais se sont affronté à Duson Nyor provoquant la mort de 30 policiers et de 400 villageois. Cette situation insurrectionnelle s’est aggravée début de 2004. Depuis cette date on compte plus de 5.300 tués, essentiellement des civils (plus de 4.200), une dizaine de milliers de blessés. Des ONG dénoncent des tortures, des enlèvements comme celui de l’avocat Somjaï Neelahphajit et des abus de la part des autorités.

Notes

[1Thaïness  : l’État Thaïlandais a adopté un politique de centralisation avec les rois Rama V puis Rama VI qui s’est radicalisée avec la politique nationaliste et raciste du dictateur Pibun. Cette politique nationaliste a imposé comme religion le bouddhisme et comme langue le thaï siamois (ou thaï central) rejetant les plus de 60 groupes ethnolinguistiques (Môn, Karen, Khmers, Malais du sud qui parlent le yawi (jawi) et non le thaï...)vivant en Thaïlande.