Trafic d’ivoire

Depuis vendredi 25 juillet 2014, plus de 300 kilos d’ivoire ont été saisis lors de contrôles douaniers au Kenya et en Thaïlande. Leur valeur est évaluée à dix-neuf milliards de dollars par an d’après certaines sources. Le commerce illicite d’animaux sauvages est l’activité criminelle la plus rentable après le trafic de drogue, la traite d’êtres humains, et la contrefaçon.

Importantes saisies d’ivoire au Kenya et en Thaïlande

Le 28 juillet, les douanes thaïlandaises ont présenté à la presse un couple de ressortissants chinois et vietnamien, auteurs du délit de contrebande d’ivoire. Le couple a été arrêté samedi à l’aéroport Suvernabhumi de Bangkok lors du contrôle de sécurité.
_Le passage des bagages aux rayons X a permis de détecter la présence de dix-huit morceaux de défenses et de 587 bracelets en ivoire, pour un total de 46 kilogrammes. Ce couple était en provenance de Côte d’Ivoire et se rendait à Siem Riep, au Cambodge.
Le 25 juillet 2014, les douanes de l’aéroport international Jomo Kenyatta au Kenya ont intercepté un chargement de 260 kg d’ivoire dissimulé dans des caisses des « gravures en bois »,. Biearrement les documents de transport mentionnaient un transfert de chiens.
Cette saisie est la deuxième de grande taille en dix jours au Kenya. Le 14 juillet 2014, la police avait arrêté deux hommes en possession de 90 kilogrammes d’ivoire qui se rendaient en Ouganda.

« Les saisies d’ivoire sont toujours de bonnes nouvelles dans le combat que nous menons contre le braconnage et le commerce illicite parce qu’elles sont le signe d’une meilleure application des lois. Cependant, elles ne sont que la partie émergée d’une situation tragique qui se traduit par la mort de plus de 35 000 éléphants par an et ne montre aucun signe de ralentissement  », s’inquiète aujourd’hui Jason Bell, directeur du Programme Éléphants d’IFAW (Fonds international pour la protection des animaux). « Pour faire cesser le braconnage des éléphants et le commerce illicite d’ivoire, ces pays doivent absolument coopérer avec des organismes tels qu’INTERPOL et les services de police d’autres pays afin de localiser et d’identifier les responsables de cette activité criminelle transnationale et d’allouer les ressources nécessaires à son démantèlement. Il est urgent de se concentrer sur des stratégies qui dissuaderont les criminels de massacrer ces magnifiques créatures  ».

La lutte contre le trafic d’ivoire s’intensifie

La plus grande partie de l’ivoire est destinée à l’Asie, et en particulier à la Chine, où cet « or blanc » tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur. La quantité limitée d’ivoire légal acheté par la Chine lors de la vente de stocks de certains pays d’Afrique australe en 2008 a, augmenté la demande, favorisant ainsi le trafic de l’ivoire et le braconnage des éléphants.

JPEG - 15.8 ko
La défense de ce magnifique animal cause sa perte

Si vous aimez la nature, ne rapportez de vos vacances des produits issusd’espèces menacées. Boycottez tout ce qui est en corail, ivoire, écailles de tortues marines,, les sac en peau de crocodyles, les tableaux en ailes de papillons...
N’achetez ces produits que s’ils ont un permis CITES  [1], certificat, indispensable pour passer la douane, garantit que leur vente est permise et ne met pas en danger la biodiversité.


[1La CITES est une convention internationale qui réglemente le commerce des espèces animales et végétales menacées d’extinction.